Comment réussir sa première levée de fonds ?

vanderhaegen

Par Hervé VANDERHAEGEN
Directeur Général adjoint de NORD CREATION (Groupe IRD)

Quelques conseils pour éviter des désillusions dans cette démarche de levée de fonds réputée longue et hasardeuse…

  • Longue, car pour paraphraser Fernand RAYNAUD, dans son sketch « le fût du canon », le process d’une levée de fonds peut varier entre plusieurs mois voire une année. Le premier conseil est donc d’entamer cette démarche avec une trésorerie vous permettant de vivre ce parcours sereinement. Surtout ne venez pas au-devant d’investisseurs avec une trésorerie flirtant avec le zéro car une levée de fonds ne sert pas à financer une insuffisance de trésorerie mais à passer un cap !

 

  • Hasardeuse,  car réussir une levée de fonds c’est avoir réussi une rencontre entre un dirigeant et un ou plusieurs investisseurs. Nombreux sont les dirigeants qui n’ont pas réussi à lever des fonds. Aussi faut-il soigneusement se préparer en se posant au préalable les bonnes questions :

 

  • Pourquoi lever des fonds ?
  • Quel(s) projet(s) vais-je présenter
  • Pourquoi ce financement plutôt qu’un autre ?

Ne pensez pas que venir avec une simple idée, fusse-t-elle géniale, suffit, car une idée ne vaut rien, seule son exécution compte et, pour l’exécuter, il faut un dirigeant et une équipe. Voilà pourquoi, les investisseurs regardent avec beaucoup d’attention la personnalité du chef d’entreprise, sa capacité à mener le projet et fédérer une équipe.

Une levée de fonds est par conséquent un jeu de séduction.

Pour bien commencer, il faut identifier les investisseurs que vous allez approcher. Selon les stades de maturité de votre entreprise et les montants recherchés, les acteurs ne sont pas les mêmes. Inutile de perdre un temps  précieux. Contactez les bons interlocuteurs qui partageront votre vision. Ceci étant fait, il vous faudra les convaincre et par conséquent nécessairement préparer votre communication avec une présentation qui devra être à la fois fidèle et « alléchante ». Il vous faudra être honnête, mais, comme avec une photo pour un site de rencontres, vous pouvez faire usage de filtres ! Au-delà des projections financières, aussi ambitieuses soient-elles, les investisseurs vous demanderont du réalisme et donc du pragmatisme. Pour autant, ne gommez pas votre passion ni même votre grain de folie !

Choisissez votre partenaire en fonction de ce qu’il pourra vous proposer en plus de son apport financier (réseaux, compétences, expériences…).

Un mariage signifiant une collaboration pour plusieurs années, il vaut mieux démarrer la route sur de bonnes bases, les rancœurs étant toujours mauvaises sur le long terme.

Dernier conseil, ne considérer pas que boucler une levée de fonds c’est forcément réussir. On ne compte plus les sociétés ayant échoué après une levée de fonds.

Enfin, attention à la gueule de bois car vous aurez perdu, peut-être, le contact avec le terrain, votre attention ayant été portée quasi exclusivement sur cette levée de fonds et ce, pendant plusieurs mois. Cette étape franchie, il vous faudra vous remobiliser vers votre véritable but : construire une entreprise rentable à plus ou moins long terme.

Pour conclure, je reprendrai la citation de Winston Churchill, une levée de fonds « Ce n’est pas la fin. Ce n’est même pas le commencement de la fin. Mais, c’est peut-être la fin du commencement »…

Pour plus d’information  : hvanderhaegen@groupeird.fr – 03 59 31 20 09